S’échapper – pour mieux se marier

Livia (25 ans) est au septième ciel: elle et son ami planifient leur mariage. La date des noces est fixée. La jeune femme devient alors enceinte. Mais son ami, le père de l’enfant, ne cache pas qu’il ne veut rien savoir de l’enfant. Le monde s’écroule pour Livia. Atterrée, elle contacte la centrale d’appels d’urgence de l’ASME. Elle doit quitter le domicile – et l’ASME lui apporte son secours…

Vaincus les problèmes de couple, la famille est dans le bonheur.

Livia à l’ASME: «Ma fille est mon rayon de soleil. Sans vous, elle n’existerait pas!»

Arrivée à l’ASME, Livia rencontre une conseillère. Elle avait eu connaissance de l’ASME grâce à une vidéo sur Facebook. Elle lui explique que son ami la menace et exige sans relâche qu’elle avorte absolument.

Livia craint qu’il ne la quitte si elle ne fait pas ce qu’il veut. Quelque temps auparavant, elle avait déjà été enceinte de lui. Pendant cette période, il l’avait énormément mise sous pression pour qu’elle avorte, et de guerre lasse, elle avait fini par céder. Mais elle n’était pas sortie indemne de cet incident et elle regrettait beaucoup sa décision.

La conseillère écoute attentivement Livia afin de bien comprendre la situation. Elle lui montre que l’ASME peut l’accompagner pour que sa vie avec l’enfant soit gérable, même si elle devait finalement ne pas épouser son ami.

 

Rencontre inattendue

À l’ASME, Livia rencontre par hasard une mère et son nouveau-né. Celle-ci lui explique qu’elle se trouvait, elle aussi, dans une situation difficile, mais qu’elle était désormais très heureuse d’avoir décidé de garder l’enfant. Ce dialogue laisse une forte impression à Livia.

 

De retour chez elle, Livia reste sous la pression de son ami. Celui-ci la harcèle constamment pendant les jours qui suivent pour qu’elle avorte. Livia est à bout de nerfs. Elle sent que la situation bascule inéluctablement vers l’avortement et qu’elle a vraiment besoin de prendre ses distances avec son ami.

 

L’ASME aide Livia à s’enfuir

Dans sa détresse, Livia appelle à nouveau la conseillère. Elle l’informe qu’une date est fixée avec l’hôpital pour l’avortement. L’ami a tout arrangé. «Je dois m’éloigner de lui», dit-elle, «autrement, comme la dernière fois, je n’arriverai pas à résister à la pression qu’il me met pour avorter.»

La conseillère organise immédiatement pour Livia une solution de logement temporaire dans un lieu secret que l’ami ne connaît pas: dans une famille bien connue de l’ASME. Depuis là, Livia annule le rendez-vous avec l’hôpital. Si elle ne s’était pas enfuie, racontera-t-elle plus tard à la conseillère, elle n’aurait pas réussi à annuler le rendez-vous. Ces événements font que les plans de mariage sont abandonnés et la date des noces annulée.

La situation s’étant quelque peu apaisée et l’avortement n’étant plus à l’ordre du jour, Livia met un terme à son éloignement et entreprend de restaurer la relation avec son ami, car elle l’aime malgré tout. L’ASME, de son côté, aide Livia à obtenir tout le nécessaire pour le bébé.

 

Naissance et happy end

La relation avec son ami met du temps à s’améliorer. Un changement réel ne se produit que lorsque Livia met au monde une fille en bonne santé. Dès qu’ils portent l’enfant dans les bras, et conscients qu’ils forment désormais une famille, Livia et son ami voient maintenant leur relation sous un angle différent.

Après les tensions exacerbées, c’est un sentiment d’appartenance mutuelle qui prévaut. Leur relation devient plus solide. «Mon ami a complètement changé. Il est devenu serviable», confie Livia à sa conseillère.

Après plusieurs mois, le couple réactive les plans de mariage et ils finissent par célébrer leur union. Livia est aux anges avec leur fille et son mari est un fier papa et un père de famille attentionné. Toute jeune mère, Livia avoue à la conseillère qu’elle n’arrive presque pas à croire qu’elle a failli avorter.

Alors qu’elle lui rend visite à Münchenstein avec son bébé, elle est heureuse: «Ma fille est mon rayon de soleil. Sans vous, elle n’existerait pas!»