Neutraliser l’effet de la pilule abortive

En Suisse, 74 % des avortements, autrement dit environ 7500 cas par an, sont aujourd’hui réalisés au moyen de la pilule abortive (Mifégyne/RU486). Selon une étude scientifique, quelque 10 % des femmes regrettent déjà leur geste peu après l’ingestion de cette pilule. Pour la Suisse, cela signifie qu’environ 750 enfants sont victimes d’un avortement malgré le revirement de la mère.

La mère est très contente d'avoir sa fille.

L’antidote contre la pilule abortive a sauvé la vie à la fille de Svenja. (Photo: à disposition)

Principe de fonctionnement

En collaboration avec des médecins suisses et des scientifiques américains, l’ASME a développé un procédé médical capable de neutraliser l’effet de la pilule abortive, avec un taux de réussite de presque 80 %. Plus ce traitement intervient tôt après l’ingestion de la pilule, plus l’enfant a des chances de survivre. Ce traitement est d’autant plus efficace que la grossesse est avancée. En Suisse, cette méthode pourrait sauver environ 600 enfants à naître.

Les enfants sauvés par cet antidote naissent en bonne santé. Autre effet positif de ce procédé: on observe moins de fausses couches ou de cas de bébés prématurés. De plus, les enfants naissent plus souvent avec un poids adéquat. Le Mifégyne tue des enfants; l’antidote, lui, sauve des enfants.

 

Ce qu’il faut faire

Un nombre aussi élevé que possible de femmes en Suisse doivent connaître l’existence de ce remède contre la pilule abortive. Elles doivent également savoir comment l’obtenir. Seule une campagne d’information massive peut parvenir à ce résultat.

L’ASME entend se lancer dans cette entreprise afin de sauver au moins 600 enfants par an d’un avortement en cours. Il faut donc multiplier les actions auprès des médias, réaliser des annonces, des sites web, des clips vidéo sur les enfants sauvés. Pour pouvoir apporter une aide rapidement, il faut aussi financer un réseau de consultation fonctionnant 24h/24 et géré par des médecins de confiance. Tout ceci nécessite des moyens financiers importants. Mais où mettre la limite lorsqu’il s’agit de sauver 600 vies humaines chaque année? L’ASME est dépendante de vos dons pour pouvoir mettre en œuvre ce projet de sauvetage.

 

Contrecarrer 600 avortements

Le premier enfant en Suisse sauvé par l’antidote (voir photo sur cette page) est désormais âgé de 11 mois. Sa mère ne voulait pas d’enfant. Elle avait peur de devoir affronter la vie en tant que parent seul. Ce n’est qu’après avoir ingéré la pilule abortive qu’elle a réalisé son erreur.

Grâce à l’antidote, l’avortement a pu être stoppé net. Cette femme a mis au monde une fillette en bonne santé, qui, depuis lors, est devenue son rayon de soleil! Elle est tellement heureuse d’avoir pu contrecarrer le processus d’avortement qu’elle est prête aujourd'hui à parler de son histoire en public. Et dans l’intervalle, son ami, le père de l’enfant, est devenu son mari!

Un réseau a désormais vu le jour, qui regroupe presqu’une douzaine de gynécologues suisses disposés à s’engager aux côtés de l’ASME pour utiliser cette méthode d’un genre nouveau.