G.W.: Donnez sa chance à votre enfant, même s’il a un handicap!

Je me suis sentie abandonée. Mes problèmes ont commencé au moment du diagnostic: mon enfant risquait d'être handicapé.

Les médecins me conseillaient de me faire avorter. Je me suis sentie totalement abandonnée par l'homme avec lequel je vivais alors. Vainement ai-je attendu que mon partenaire me dise: "Je t'aime. Et j'aime aussi notre enfant, peu m'importe qu'il soit en bonne santé ou handicapé." Mon avortement a été épouvantable et humiliant. Lors de cette intervention, j'ai été traitée comme du bétail qu'on mène à l'abattoir. On m'a fait une piqûre et immédiatement, je me suis retrouvée ligotée par les jambes à un épouvantable siège métallique. Au moins, aurait-on pu attendre que l'anesthésie fasse son effet. Pendant des années, j'ai eu de maux dans le bas-ventre. Je faisais des cauchemars et n'osais plus me regarder dans un miroir. Je croyais tout le temps voir mon enfant se dresser devant moi et m'interpeller en me disant : " Pourquoi m'as-tu volé ma chance ? " Grâce à une heureuse circonstance, j'ai finalement pu surmonter ce traumatisme. Si vous êtes un jour enceinte et en pleine détresse, ne vous laissez pas intimider et donnez sa chance à votre enfant. N'oubliez jamais ceci: il existe quantité d'organisations qui vous apporteront un soutien concret, à vous et à votre enfant, sans grandes démarches administratives.