Elle avale la pilule abortive – puis l’antidote: Maintenant, la petite vit

Samantha, de Attleboro (USA), mère de trois garçons et à nouveau enceinte, panique en apprenant que soudain, le géniteur l’abandonne. Tiraillée, elle ingère la pilule abortive, dans une clinique.

Giselle: survivante de la pilule abortive.

Giselle: survivante de la pilule abortive.

D’abord, Samantha, désemparée, contacta certes une organisation pro-vie pour femmes en conflit avec une grossesse. Mais, malgré le conseil, elle resta désespérée et tenta ensuite d’avorter par trois fois. Ne trouvant personne pour garder ses trois garçons, elle dut annuler le premier rendez-vous.

Lors du deuxième rendez-vous, alors qu’elle était assise dans la salle d’attente, on appela une femme nommée Giselle. C’était en fait le nom qu’elle avait choisi pour sa fille, qu’elle allait avorter! «Ce fut comme un électrochoc, et je laissai tomber ce rendez- vous», dit Samantha au portail d’information Pregnancy Help News.

La troisième fois, à la clinique, elle prit effectivement la pilule abortive. Samantha: «Tout de suite après, je me rendis compte que j’avais fait ce qu’il ne fallait pas.» Elle contacta une US-Hotline dédiée à l’interruption de l’avortement. Celle-ci la mit en relation avec un médecin. Aussitôt commença le traitement de plusieurs jours avec l’antidote.

En décembre, le bébé est venu au monde en bonne santé. Son nom est Giselle.