Attaque à motif idéologique contre un panneau de l’ASME

De temps à autre, certains médias et organismes d’État font souffler un vent mauvais contre l’ASME. La Basellandschaftliche Zeitung (bz) – «Journal de Bâle-Campagne» – s’est emporté au sujet d’un panneau de l’ASME montrant un enfant à naître et une bulle où il dit: «M’entends-tu?». Le département de l’instruction publique (DIP) a fait retirer le panneau. À juste titre? Que non!

Un panneau «M’entends-tu?» à Bâle.

Un panneau «M’entends-tu?» à Bâle. (© ASME)

Ce panneau signalait l’offre d’aide de l’ASME à l’intention des femmes qui, par désespoir, envisagent un avortement. Elles peuvent recevoir aide et conseil bénévoles et gratuits auprès de l’ASME. Ce panneau se trouvait dans le parc du «Bachgraben » de Bâle, l’une des plus grandes piscines publiques de Suisse.

Le 23 juillet 2018, la bz fit paraître un article où ce panneau fournit l’occasion d’inciter au dénigrement de l’ASME. Dans la foulée, déférant à l’injonction du journaliste, le DIP fit retirer le panneau!

 

Des affirmations au lieu de faits

L’ASME est ainsi décrite comme une organisation se livrant, par ce panneau, à de la «propagande politique», ce qui serait «indésirable» aux yeux du DPI. La porte-parole du DPI confirma certes que l’ASME avait respecté les directives concernant l’affichage commercial, mais que ce panneau devait être enlevé, ce qui fut alors le cas.

Concernant l’ASME, l’expression «propagande politique» est erronée, car c’est une oeuvre d’assistance certifiée ZEWO et sans orientation politique. Le panneau, lui non plus, ne délivre pas de message politique, mais veut uniquement proposer de l’aide. Ce n’est cependant pas par des faits que la bz veut persuader ses lecteurs, mais surtout par des affirmations: ainsi, elle qualifie l’ASME non de fondation proposant son aide aux femmes enceintes en proie à la détresse, mais d’«organisation anti-avortement radicale» et de «centrale rassemblant à l’échelle de toute la Suisse les opposants à une interruption de grossesse».

 

Le DIP juridiquement en marge

À peine croyable: la photo d’un enfant à naître accompagné d’une bulle «M’entends-tu?», est montée en scandale par les médias et les autorités! Si c’était un panneau pour la défense des hérissons, il n’y aurait aucune critique. Par son intervention, le DIP s’est mis juridiquement en marge. Il agit de manière illégale et viole le droit constitutionnel à la liberté d’opinion.

Ironie de l’histoire: Ce panneau est issu d’une campagne de l’ASME datant de 2017 et n’avait été commandé que pour rester jusqu’à la mi-septembre 2017. En raison d’un oubli de la part de la société d’affichage, il a depuis lors été laissé en place, sans règlement de prestation.