G.B.: La simple vue d’une femme enceinte était insoutenable

J’avais bien conscience du fait qu’en avortant je tuais mon propre enfant. Mais que devais-je faire?

Mon ami m’apportait aucun soutien, mes parents (à l’époque) ne voyaient pas d’autre solution non plus. Pour mes amies, un avortement représentait une bagatelle. Bref, je n’avais pas la force de m’y opposer. Mon avortement a été épouvantable, c’était l’horreur. En un premier temps, après l’intervention, je me suis sentie soulagée. Ensuite, j’ai longtemps cherché à refouler mes pensées et ma mauvaise conscience à ce sujet. A la longue, cela devenait insupportable. La simple vue d’uns femme enceinte était insoutenable. Je devais faire de grands détours pour éviter des mères accompagnées de leurs petits enfants. Par malheur, je n’ai plus pu avoir d’autre enfant par la suite. J’avoue que, jusqu’à ce jour, je n’ai pas encore vraiment surmonté mon avortement, et pourtant, il a eu lieu il y a maintenant 27 ans ! Je dois toujours puiser de nouvelles forces dans la foi en la miséricorde et l’amour de Dieu. Ne vous rendez jamais coupables d’un avortement ! Même si vous devez faire face à une énorme pression et si les suites d’un tel acte sont banalisées. En tant que femme, vous seule porterez les conséquences et cela, pendant toute votre vie!