C: L’avortement m’affecte encore plus que le viol

L'incitation à l'avortement est énorme. Aujourd'hui, on attend d'une femme violée tombant enceinte qu'elle avorte. Tout autre alternative semble inconcevable, voire même insensée.

Lorsque je suis tombée enceinte après avoir été violée, les pressions de la société ont été si fortes que je n'ai pu leur résister. Toute personne incitant à l'avortement ne pense pas à l'avenir d'une femme violée. Avec le recul, je constate que l'avortement n'a pas été un bon choix: en plus du viol, je me suis chargée de la responsabilité de l'avortement de mon propre enfant. Une femme violée devrait pouvoir bénéficier d'un soutien psychologique et matériel pour mieux accepter l'enfant innocent qu'elle porte contre son gré. A long terme, il est certainement plus facile d'accepter un enfant issu d'une telle tragédie que de vivre avec un avortement sur sa conscience. Inciter une femme violée à avorter est une alternative qui ne fera qu'amplifier sa souffrance.