Méthodes et moyens abortifs

En 2016, 10 256 avortements ont été effectués en Suisse. Environ 5% étaient des avortements tardifs, après la 12e semaine. Lors de chaque avortement, un petit être humain perd sa vie. Les mères et les pères, les médecins et d'autres participants, responsables de ces petits êtres, traversent des périodes difficiles. Nous vous informons ici sur les nombreuses méthodes et moyens d'avortement.

La pilule combinée

Contient : * gestagène et *œstrogène
Ce produit existe en forme de pilules à une, deux et trois phases. Il restreint la mobilité des trompes, qui ont la fonction de transporter ’ovule et le sperme. La muqueuse utérine ne peut pas se former, l’embryon n'atteint pas la nidation et meurt.

La micropilule

La micropilule est un développement ultérieur de la pilule combinée en une phase. Elle contient bien moins d’œstrogène.

La minipilule

Contient : * gestagène s'appelant Levonorgestrel
Le mucus cervical est transformé par la minipilule pour rendre plus difficile le passage des spermatozoïdes. Par ailleurs, la mobilité des trompes, qui sont importantes pour le transport de l’ovule et du sperme, est restreinte. La muqueuse utérine ne peut pas se former, l’embryon n'atteint pas la nidation et meurt. De plus, il existe le risque de grossesses dans la trompe.

La pilule du lendemain

Contient : *gestagène du nom de Levonorgestrel
La pilule du lendemain, un produit à hautes doses d’hormones, sert à éviter une grossesse après un rapport sexuel. La pilule du lendemain a un effet double : un effet antiovulaire avant l’ovulation de la femme, c-à-d qu'elle empêche cette ovulation. Si l’ovulation de la femme a déjà eu lieu et l’ovule a été fécondé par un spermatozoïde, la pilule du lendemain empêche la nidation de l’embryon (effet antinidatoire). Elle agit donc comme produit abortif précoce.

RU 486 (Mifépristone)

Contient : antiprogestérone
Pour le développement de la grossesse et de l’enfant, l'hormone progestérone est absolument nécessaire, parce qu'elle prépare l’utérus pour l’acceptation et l’approvisionnement de l’enfant. De plus, elle abaisse la capacité de contraction de l’utérus et empêche ainsi les crampes qui pourraient menacer l’enfant. La progestérone fortifie le col de l’utérus et signale au corps de la mère d’approvisionner l’enfant. Miféspristone freine l’absorption de la progestérone par les récepteurs (cellules dans l’utérus) de façon à ce que l’hormone ne puisse plus agir dans les cellules. L’enfant dans l’utérus ne peut plus être approvisionné. Il meurt de faim et de soif et est asphyxié douloureusement dans le délai de plusieurs jours. La Mifépristone, qui favorise les contractions de l’utérus, ouvre et rend souple le col de celui-ci, peut non seulement provoquer la mort de l’enfant, mais également l’expulsion de ce dernier.

Spirale et « spirale pour après »

La spirale existe sous deux formes : l’une libère continuellement des hormones, l’autre fonctionne de façon mécanique. 

La spirale hormonale (p.ex. Mirena)
Contient : la spirale est faite de matière synthétique, avec un dépôt d’hormones qui libère régulièrement pendant cinq ans au maximum une légère dose de Lévonorgestrel. Ainsi, la formation de la muqueuse de l’utérus est freinée. Les spermatozoïdes sont moins mobiles, le mucus du col est épaissi et la nidation de l’embryon est empêchée. Il meurt.

La spirale mécanique
La spirale en cuivre agit de manière mécanique. Elle peut être utilisée pendant environ cinq ans. Dans l’utérus, elle provoque une excitation permanente pour que la nidation d’une cellule fécondée ne puisse pas avoir lieu. A l'aide de la spirale mécanique, la nidation de l’embryon peut être empêchée jusqu’à cinq jours après un rapport.

Curetage

Le curetage peut être effectué jusqu’à la 12ème semaine. Au moyen d’un instrument chirurgical, l’embryon est déchiqueté dans l’utérus. Ensuite, on l'extrait avec les annexes en raclant avec un instrument à forme de cuillère. D'abord, le col de l’utérus doit être dilaté.

Curetage à succion

On introduit une canule à travers le *cervix. L'enfant est dépecé et sucé au moyen d’une très forte baisse de pression. Il faut réaliser un nouveau curetage si on constate qu’il manque des pièces après la recomposition des morceaux de l’enfant et des restes de tissus. Cette méthode offre la possibilité d’employer ultérieurement les embryons. Suivant la taille de l’embryon, on peut employer des canules plus larges pour rendre possible le passage de la tête de l’enfant.

Aspirateur manuel à vide (Manual Vacuum Aspirator)

Depuis 1927, cette méthode est en usage. Au contraire du curetage à succion, la succion se réalise sans électricité. L'avortement a lieu de façon manuelle au moyen d’une forte baisse de pression mécanique. Une narcose n’est pas nécessaire ; c'est pourquoi cette méthode est utilisé surtout au tiers monde. L’embryon est sorti pratiquement intact et encore vivant. En partie, il est réemployé tout de suite après.

Dilatation et évacuation (Dilatation and Evacuation)

Méthode d’avortement après la 12ème semaine. D’abord, le col de l’utérus est dilaté et ramolli, par exemple avec de la Mifépristone ou du Misoprostole, ensuite on réalise l’aspiration électrique à vide avec des canules jusqu’à 16 mm de diamètre, avec l’aide d’un forceps.

Avortements après la 14ème semaine

Après la 14ème semaine de grossesse, l’avortement est pratiqué d’habitude avec des *prostaglandines. Après une provocation de l’accouchement, des prostaglandines sont administrées comme moyen pour favoriser les contractions. L’enfant naît mort après quelques heures, tué avant, ou bien, s’il a survécu à l’avortement, déposé dans une chambre à côté jusqu’à la mort.

Avortements après la 20ème semaine

Pour éviter que des enfants naissent vivants après la provocation de la grossesse, souvent ils sont tués avant. Soit on injecte du chlorure potassique directement dans le cœur de l’enfant, soit on injecte des produits chimiques comme l’acide d’ethacridine rivanol, un produit désinfectant, dans le sac amniotique pour corroder l’enfant. Il vient au monde jaune comme un citron.

Lors de la provocation de l’accouchement, des prostaglandines sont administrées, parce qu'elles favorisent les contractions. Après des heures, l’enfant naît mort ou, s’il survit à l’avortement,  il est enveloppé dans une couverture et déposé dans une chambre à côté jusqu’à la mort.

Par la Sectio Parva, l’utérus est ouvert par dessus le ventre de la mère, l’enfant est tué (presque toujours avec une pince d’avortement) et après sorti.

En cas de Partial Birth Abortion, l’enfant est né jusqu’à la tête. Avec des ciseaux, on fait un trou dans sa tête pour absorber le cerveau. Finalement on termine l’accouchement. La mort de l’enfant peut être réalisée aussi par décapitation  (séparation de la tête avec des ciseaux de Siebold) ou par perforation (transpercer la calotte du crâne).

Explication des mots

*Les œstrogènes sont des hormones féminines. Surtout pendant la première moitié du cycle, les œstrogènes sont importants, parce qu'ils déclenchent  l’ovulation et préparent l’utérus pour la possibilité d’une grossesse. 

*Les gestagènes sont des hormones féminines. Les gestagènes empêchent l’ovulation et augmentent la viscosité (mesure de la viscosité) du mucus du cervix. Ce sont les hormones dominantes pendant la deuxième moitié du cycle. Ils préparent l’utérus pour la possibilité d’une grossesse. 

*La progestérone est un gestagène naturel.

*Les prostaglandines sont des hormones tissulaires qui se trouvent dans presque tous les organes. Elles influencent beaucoup de processus dans le corps, comme l’ampliation des vaisseaux sanguins, les situations de douleur et les inflammations. Ils ont effet sur la musculature et le col de l’utérus. Les prostaglandines sont responsables pour les contractions de l’utérus pendant les premières heures des règles.

*Cervix : Il s'agit du col de l’utérus.

*Endomètre : C'est la muqueuse de l’utérus.